Le Chevalier Pini

Fencing_Arms_&_Artifacts_-_2020.042.01_-_IMG-01.jpg
Fencing_Arms_&_Artifacts_-_2020.042.01_-_IMG-02.jpg
Fencing_Arms_&_Artifacts_-_2020.042.01_-_IMG-03.jpg
Fencing_Arms_&_Artifacts_-_2020.042.01_-_IMG-04.jpg
Fencing_Arms_&_Artifacts_-_2020.042.01_-_IMG-05.jpg
Fencing_Arms_&_Artifacts_-_2020.042.01_-_IMG-06.jpg

Dublin Core

Title

Le Chevalier Pini

Description

A feature on the Italian fencer, Pini, whom the author, Gustave de Lafreté, credits with helping to popularize the sport. Describing Pini as having the flexibility, speed, and strength of a panther, de Lafreté covers Pini’s achievements as an athlete and teacher. The article features photographs of the Jockey-Club in Buenos-Aires, which Pini helped to establish. De Lafreté reports Pini’s plans for the following year (1900) to bring a team of 20 civilian and military fencing students to Paris to challenge 20 French amateurs in a series of assaults that the author says are sure to be promising.

Creator

Gustave de Lafreté (author)

Source

La Vie au Grand Air, February 25, 1899, no. 24, p. 283

Publisher

La Vie au Grand Air, 11 rue Hautefeuille, Paris

Date

February 25, 1899

Rights

© Fencing Arms & Artifacts

Language

French

Identifier

2020.042.01

Periodical Item Type Metadata

Transcription

LE CHEVALIER PINI
CHAQUE sport a ses champions : or, Pini est un de ceux dont s'honore l'escrime. Certes, le professeur italien a trouvé en France des égaux, voir même un Maître : Louis Mérignac; certes, sa façon personnelle de tirer et les exubérances de son caractère méridional n'ont pas eu l'heur de plaire à tous; mais ce que personne ne songe à dénier à Pini, c'est le mérite d'avoir suscité une publicité énorme autour de l'escrime. Ses assauts firent sortir de son silence la presse jusque-là ménagère de sa prose envers les prouesses sportives. Les polémiques provoquées par ces assauts eurent le don de secouer l'apathie du public; les salles d'armes commencèrent à se remplir, il s'eu fonda de nouvelles, et les grands journaux organisèrent des assauts. Le mouvement s'est étendu à la province, et l'on échange à présent des coups d'estoc, et de t ai de sur toute l'étendue du territoire. Le noble port des armes s'est étrangement démocratisé !

Personne ne s'étonnera donc de l'intérêt que la chronique attache aux faits et gestes de Pini. Cependant, depuis son duel avec M. Thomeguex, le chevalier n'avait plus fait parler de lui. On le savait en Amérique, mais on ignorait l'emploi de son temps.

Or, le maitre était récemment de passage à Paris, où il doit, du reste, revenir ces jours-ci. Je ne manquai pas, selon une vieille coutume, d'aller lui faire une visite à l'hôtel où il descend à chacun de ses séjours dans la capitale. Jéprouve beaucoup de sympathie pour Pini; c'est — on le reconnaît à le fréquenter — un très brave garçon, et la sympathie est sans doute , mutuelle, car il subit toujours nies interviews avec une patience évangélique. Bien mieux, il m'a confié, cette fois, les documents photographiques publiés dans ce numéro. Ceux-ci le montrent sous trois aspects : l'Athlète, l'Escrimeur et le Professeur.

L'athlète est remarquable. Grâce à des exercices bien combinés, et d'ailleurs physiquement doué, Pini a su acquérir une vigueur peu commune. Il est apte à réussir dans tous les sports, et il l'a du reste prouvé en remportant, dans son pays, quelques courses de bicyclettes. C'est, en effet, un vieil adepte de la pédale, et, en 1891, il avait relevé un défi que lui avait lancé M. Chevillard, le tireur amateur bien connu, président di, l'Escrime Française. Il s'agissait du match suivant : Faire une course de 100 kilomètres à bicyclette et se livrer ensuite à un assaut de fleuret. Mais Pini dut déclarer forfait pour cause de départ, et M. Chevillard disputa le match en question contre des .élèves de l'Ecole de Joinville. Si j'ai bonne mémoire, il en sortit vainqueur.

Mais les deux qualités maîtresses de Pini sont la vitesse et la souplesse. Certains coups de l'Italien sont exécutés avec tant de prestesse que, bien souvent, on lui en refuse- le bénéfice. L'adversaire prétend n'avoir rien senti (en assaut, la chose est fort possible) et le jury n'a rien vu !

Sous le rapport de la souplesse, Pini tient du félin. Et comme il joint à cela la force physique, il donne souvent l'impression d'une panthère. Sa garde basse et ramassée ajoute à la ressemblance. Il a également les bonds de la bête féroce à laquelle je le compare. Il en a presque aussi les hurlements sauvages!

Bien qu'il frise la quarantaine, le chevalier est en meilleure condition que jamais. Pas une once de graisse inutile ; pas de ventre; les muscles saillent sous l'épiderme. L'athlète est bien mieux qu'ily a deux ans, lors de son assaut au Cirque d'Eté. Il vient, du reste, de subir un entraînement régulier de 14 mois, à raison de 10 heures de travail par jour.

Mais cela nous ramène à la question que l'on se posait à Paris : Qu'avait fait le maître depuis sa disparition subite ? Voici brièvement les faits.

A peine rentré en Italie, Pini, qui exerçait à Livourne les fonctions de professeur à l'Ecole navale (avec le grade de capitaine), Pini, dis-je, se faisait confier une mission par le gouvernement italien. Il s'agissait d'aller créer à Buenos-Ayres une école de gymnastique et d'escrime similaire à celle de Joinville-le-Pont.

Le professeur italien a brillamment réussi dans sa tâche; le premier exercice est écoulé, et c'est un congé de trois mois qu'il vient passer en Europe. Il retournera ensuite dans la capitale argentine, où, en plus de ses fonctions de directeur à l'Ecole militaire, il exerce celles de directeur de la salle d'armes du Jockey-Club de Buenos-Ayres. Ce club possède un hôtel auprès duquel celui de l'Automobile-Club de France paraîtrait bien ordinaire. Il a coûté plus de dix millions à édifier, et son aménagement intérieur est d'une richesse et d'un confort inouïs.

Buenos-Ayres est, d'ailleurs, une capitale très sportive. L'escrime y est particulière-ment en honneur, et, en dehors de l'Ecole militaire et du Jockey-Club, il existe plu-sieurs sociétés qui la pratiquent. L'émulation aidant, on donne de superbes assauts.

Pini est enchanté des résultats obtenus. Il a déjà formé, là-bas, des élèves de première force, et, en 1900, il compte venir à Paris, accompagné d'un team de vingt escrimeurs civils et militaires. Il lancera alors un défi à vingt- amateurs français de même catégorie, et les assauts qui s'ensuivront ne manqueront pâs d'avoir un grand retentissement.

J'ai dit que Pini est en ce moment-ci dans une très belle forme. On va lui fournir l'occasion de s'en servir, et à son retour de Saint-Pétersbourg, où il est allé faire assaut, nous assisterons à un tournoi au cours duquel le maître se mesurera contre un de nos champions du fleuret.

GUSTAVE DE LAFRETÉ.

Owner / Custodian

Benjamin Bowles

Digitization Record

Digitized by Benjamin Bowles ; Cataloged by Jordan Bradley

Original Format

Periodical

Physical Dimensions

27.3 x 34 cm (complete periodical, closed)

Collection

Citation

Gustave de Lafreté (author), “Le Chevalier Pini,” Fencing Arms & Artifacts, accessed June 22, 2021, https://fencingexhibit.com/items/show/183.

Item Relations

This item has no relations.

Embed

Copy the code below into your web page